Procès des 16 postiers des Hauts de Seine

20 juin 2011

Un rassemblement qui désavoue les méthodes de La Poste

Le procès des 16 postiers des Hauts-de-Seine injustement accusés de séquestration par 13 cadres, appuyés par la direction de La Poste, s’est ouvert ce 20 juin au tribunal correctionnel de Nanterre.

Plus de 500 personnes se sont rassemblées, en grande majorité des collègues postiers et postières, pour exiger leur relaxe. Une mobilisation qui démontre combien la communication de l’entreprise présentant ces 16 syndicalistes comme des terroristes ne convainc personne et en premier lieu aucunement leurs collègues.

Pourtant, la direction poursuit ce type de contrevérités depuis plusieurs années. Pour s’en convaincre, si ses propos avait une once de véracité, les 2 syndicats visés par la présente affaire ne recueilleraient pas plus de 70 % des voix lors des élections professionnelles !
Aux côtés de ces collègues, plusieurs personnalités du mouvement social étaient également venues apporter leur soutien aux 16 postiers du 92 : Xavier Mathieu, « porte parole des Conti », Gérard Filoche, inspecteur du travail ou encore Jean-Baptiste Eyraud, porte parole du DAL ainsi qu’Annick Coupé de Solidaires. Les fédérations SUD PTT et CGT-FAPT ont également apporté un soutien sans faille aux 16 camarades, injustement poursuivis.
Des porte-parole de premier plan de toute la gauche sont venus exprimer leur désaccord avec la procédure engagée et rappeler que le droit de grève, comme le droit de se défendre restent des droits élémentaires et inaliénables.

La direction de La Poste, si prompte à vanter son dialogue social et son modèle social, doit prendre en compte ce mouvement et cesser immédiatement sa politique sociale désastreuse, basée sur des pressions et actes de répressions permanents. Aujourd’hui, la crédibilité des patrons de La Poste SA, qui selon leurs propos comme les propos de son ministre de tutelle d’alors, Christian Estrosi, ne devait pas être une SA comme les autres, est fortement remise en cause !

Trois autres journées d’audience sont programées : les 21, 22 et 27 juin. Le verdict devrait intervenir cet automne.

Les 16 postiers du 92 doivent être relaxés et la direction de La Poste désavouée.


Initié par le comité de soutien départemental composé de la CGT FAPT 92, FSU 92, Gauche Citoyenne 92, Gauche Unitaire 92, FASE 92, AC 92, LDH 92, NPA 92 N, Union Révolutionnaire Communiste de France IDF, SUD Poste 92, MPEP 92, PCF 92, UD CGT 92...

Un appel peut etre signé en ligne à l’adresse comité de soutien aux postiers du 92

PDF - 48.7 ko
Combattre la répression anti-syndicale
Motion du Vème congrès - Union syndicale Solidaires
PDF - 141.8 ko
Contre la répression mobilisation le 20 juin
Tract

Sud - Contact - Informations légales - Aide - Publication des comptes annuels